AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 LOLITA&BLAINE ♗ If the stars were mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


♪ MESSAGES : 34
♪ AVATAR : Hailee Steinfeld
♪ COPYRIGHT : À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin.
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 51



MessageSujet: LOLITA&BLAINE ♗ If the stars were mine   Lun 6 Juin - 7:46

    Les étoiles fluorescentes au plafond ont leur lumière qui commence à décliner. Et mes yeux ne veulent pas se fermer. Mes journées peuvent être aussi parfaites et géniales que possible, les soirées sont une véritable torture. Pas seulement parce que là mon masque de maquillage tombe, et que je peux assumer avoir mal, vraiment, et avoir ce fichu œil en purée. Mais parce que des fois, c'est froid, simplement, sans un mot, personne ne regarde personne, à peine un 'passe-moi le sel'. Et d'autres fois, les pires peut-être, comme ce soir, ou les portes claquent, les larmes coulent et tous crient. J'ai dû batailler ferme pour entrer dans notre chambre, à Blaine et moi, et pour aller me coucher ce soir. Mais après tout, je crois que mon cher frère m'a ouvert parce qu'il me fait confiance. Ou qu'il s'en veut. Comment savoir ? Il a eu juste le temps de sécher les larmes qu'il a retenu devant nos idiots de parents, mais moi je les aies devinées, celles qui laissent de longues traces humides. Et moi, je devrais dormir depuis longtemps. Mais je n'y arrive pas. A cause des cris qui continuent dans ma tête, de mon œil qui me fait plus que mal, ou de ces larmes que je peine à retenir. Depuis des mois ça continue. Depuis qu'il est à Dalton et qu'on à des problèmes d'argent. A moins que ce ne soit depuis son coming-out. Ou peut-être avant. Je n'en sais trop rien, j'ai comme la fâcheuse impression que ça à toujours été comme ça. Cette ambiance malsaine ici...
    Et je laisse tomber ma main sur le côté, comme un signal, appel au secours muet. Je suis perdue et rien d'autre. Comme si le monde tournait trop vite autour de moi. Et j'ai beau grandir, je n'y comprend toujours rien. Je me sens mal dans ce monde, cette famille, parce qu'autour de moi il n'y a que du chaos, et que je suis impuissante face à ça. Et d'un coup, c'est comme si tout sortait, un main presse la mienne et je ne suis plus seule. Et je descend de mon perchoir plein d'étoiles. Blaine, comme moi, à les yeux pleins de larmes. Et je m'assois tout au bord de son lit. Lui, qui doit se sentir encore plus seul, face à nos parents. Je ne sais pas comment il fait pour rester stoïque face à eux qui voudraient le changer.
    Je l'avoue, j'ai souvent envie de le frapper. Mais c'est dans ce genre de moment ou j'ai besoin de lui, d'être avec lui, ou on voit à quel point je l'aime, à quel point je ne l'échangerais contre aucun autre frère. Tout se décide ici, il est ma bouée de sauvetage, un point fixe dans un monde en constant mouvement, je suis tout ce qu'il a qui ne tentera jamais de le changer, en tous les cas dans cette maison. Et il ne changera pour rien au monde. Je ne suis qu'une gamine au fond, j'ai vraiment besoin de lui. Plus que de quoi que ce soit d'autre. Et je me blottis contre lui, et bien malgré moi mes larmes recommencent à couler. Et j'ai peur, et j'ai mal, ou que je sois. Parce que je ne peux rien faire pour lui. Pour que mes parents arrêtent, juste une minute et l'acceptent enfin comme il est, et comme il sera toujours, sans vouloir le changer, parce qu'il est parfait ainsi, mon frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪ MESSAGES : 184
♪ AVATAR : Do it like a D.Criss
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 284



MessageSujet: Re: LOLITA&BLAINE ♗ If the stars were mine   Ven 10 Juin - 1:04

    La pire soirée depuis des lustres. On s'arrange d'habitude pour l'entente cordiale. Le froid, pas un mot, rien. Pour ne pas que tout dégénère. Et finisse comme aujourd'hui. Entre les portes qui claquent, ma faute, les larmes, Lolita, pauvre Lolita et les cris des deux idiots qui nous ont mis au monde. Et c'est la nuit, la pleine lune. Peut-être à cause de celle-là que je n'arrive pas à trouver le sommeil. Les minutes passent et je revois, moment par moment, image par image, toute la soirée. Eux qui ne peuvent visiblement pas s'empêcher de vouloir me changer, eux, et leurs yeux dans lesquels on lit ce qu'ils pensent, ce qu'ils disent, que je suis simplement la cause de tous leurs malheurs. Ce qui n'est pas si faux. Mais quel parent, un tant soit peu digne de ce nom, dit ce genre de choses à ses enfants ? Eh bien, les miens, qui préfèreraient tant avoir un autre fils que moi...
    Et j'ai pleuré, aucune idée pourquoi, enfin si, à cause d'eux, mais ca ne devrait même plus me faire mal depuis le temps, et je ne devrais plus pleurer comme ca, derrière ma porte fermée à triple tour. Pitoyable, rien de plus, rien de moins. Et maintenant, je somnole plus que je ne dors. Et au-dessus de ma tête j'entends le souffle de Lo', tout sauf régulier, elle ne dort pas, comme moi, et elle retient ses larmes, c'est comme si je lisais en elle. Elle a peur. Je ne sais pas pourquoi mais je le devine. Elle est ma saule alliée dans cette maison, mon livre ouvert sur la normalité. Et c'est presque comme si je m'attendais à son geste, comme un SOS, cette main qui glisse jusqu'à moi. Et je la rattrape au vol, et la serre fort, comme si je n'avais que ca. Mais je n'ai que ca. Elle est tout ce que j'ai, mais elle à besoin de moi. J'ai dû mal à imaginer ce que c'est pour elle de nous voir comme ca, nous, sa famille, se déchirer. Et elle ne peut rien y faire, elle est impuissante, et tout est de ma faute. Et elle m'échappe, et descend de son perchoir, l'air de rien, l'air de tout, les yeux humides. J'ai besoin d'elle, plus que de n'importe quoi d'autre. Lolita. Souvent, elle m'horripile, biens sûr, c'est normal, c'est ma sœur. Mais je ne sais pas... Elle est tout ce que j'ai pour me raccrocher. Mais je me sens mal, coupable. Ses grands yeux. Ses bleus sur ses bras, tout ca c'est ma faute, et celle de personne d'autre. Si je n'étais, pas moi, si je n'étais pas là, jamais elle n'aurait eu mal, elle n'aurait rien eu, et je pourrais encore la regarder dans les yeux sans avoir envie de pleurer. Mais je dois être fort, simplement, pour elle, ne pas céder. Parce que pour moi elle s'en est pris des coups. Au fond, c'est elle la femme de ma vie.
    Je voudrais qu'elle ne souffre plus jamais. Qu'elle ne pleure plus. Sécher ses larmes commence maintenant. Alors je la serre fort dans mes bras. Comme pour la soustraire à ce monde. Et elle redevient la gamine qu'elle était à une époque pas si lointaine. Mais pour le moment il n'y a pas grand-chose à faire. Je ne connais qu'une chose et une seule qui puisse la réconforter. 'Son' jazz. Et je fredonne un air que je sais qu'elle adore. Car cette musique étrange est la seule chose qui puisse lui rendre le sourire.




    If the stars were mine
    I'd give them all to you
    I'd pluck them down right from the sky
    And leave it only blue

    I would never let the sun forget
    To shine upon your face
    So when others would have rain clouds
    You'd have only sunny days

    If the stars were mine
    I'd tell you what I'd do
    I'd put the stars right in a jar
    And give 'em all to you











Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LOLITA&BLAINE ♗ If the stars were mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Demande d'info sur Stryker 1132 ESV mine roller
» La bonne mine orange
» Vous avez bonne mine !
» [shôjo] Twinkle Stars
» Le vrai visage des stars
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET IT RIGHT ::  ONLY CHILD :: Sujet-