AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 


Partagez | 
 

 Souvenirs, souvenirs ; Kayleigh & Cyril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Kayleigh
Wo andere nie waren ... Und weiter.


♪ MESSAGES : 550
♪ AVATAR : La belle et magnifique Taylor Momsen ♥
♪ COPYRIGHT : ♥ Bazzart
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 569



MessageSujet: Souvenirs, souvenirs ; Kayleigh & Cyril   Dim 7 Aoû - 3:14


KAYLEIGH & CYRIL



En me réveillant ce matin, la première chose que je me suis dite c'est : où est-ce que je suis ? Après deux bonnes minutes de réflexion, je me suis remise dans le sens normal et ait compris que j'avais du m'endormir dans mon canapé. Je poussais un grognement de mécontentement en me levant. Enfin plutôt de douleur. Il fallait vraiment que quelqu'un songe à inventer un canapé confortable pour dormir dessus ... Et ce dans n'importe quel sens ! Je me dirigeais donc vers la cuisine pour me remettre de mes crampes en mangeant un bon bol de céréales (voir un pot entier de nutella) quand je croisais mon reflet dans le miroir. Miracle ! J'avais déjà eu tête plus atroce ! Si c'est-y pas croyable ça ! A part le fait qu'on aurait dit que je m'étais peignée avec un rateau, que j'avais des poches immenses sous les yeux (qui avaient tournés au rouge) et que je n'arrivais pas à tenir ma tête droite sous l'effet des crampes, j'avais l'air totalement normale. Enfin presque ... Je tirais la langue à mon reflet avant d'aller manger une bonne fois pour toutes. Je montais ensuite dans ma chambre, pris ma douche et enfilais un jean usé jusqu'à la moelle (comprenez que ma mère avait essayé de le jeter en voyant le nombre de trous que j'avais fait VOLONTAIREMENT dedans parce que oui, ma mère n'a aucun sens de la mode et encore moins avec mon look) avec un t-shirt trop grand pour moi. Je m'observais dans la glace et me mis à rire. Normal que ce t-shirt soit trop grand, il appartenait à mon frangin et je m'en servais d'habitude pour trainer à la maison. Je croisais d'ailleurs le dit "frangin" dans le couloir qui sortait de sa chambre, tout frais et tout beau. Il me détailla et éclata de rire avant de me dire, d'un ton voulu solennel (ben oui voulu vu qu'il était incapable de retenir ses pouffements. Une vraie fillette !)

«Sur que ton copain va être content de te voir aussi ... Naturelle.»


Il partit ensuite en bas en continuant de se foutre de ma pauvre tête pas encore très réveillée. Je me grattais le crâne. Quel copain ? J'attendais quelqu'un aujourd'hui ? Kurt et Finn était partis en week-end avec leurs parents. Nico, Arthur, Sam, Jules, Jeff et Keith étaient occupés à ce que je sache... Wes' devait être occupé à encore sauver des vies (ou pas hein. Allez pas croire tout ce que je dis ^^) et Mike a manger des glaces (encore qu'elles devaient être moins bonnes qu'en hiver. Il ne restait donc qu'une personne à ma connaissance que j'aurais pu inviter chez moi dans la colonne garçons. Cyril. Je réfléchis un instant. On était samedi. La dernière fois que j'avais vu le frenchie, c'était mercredi et on avait dit ... Que je lui donnerais un cours de chant cet après-midi ! Je fonçais dans ma chambre pour voir l'heure du radio-réveil : 14H00 ! Tu m'étonnes que j'avais aussi faim en me levant ! Je retournais en un éclair dans la salle de bain, me donnais un coup de peigne, un peu de maquillage puis, j'échangeais de t-shirt et alors que j'avais enlevé une patte de mon pantalon, la sonnette retentit.

«Et merde ! Punaise ! Toujours à la bourre !»

J'enlevais mon pantalon, en attrapais un autre et sautillais dans l'escalier pour finir de l'enfiler. Mauvais plan. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, je me retrouvais à descendre plus vite que voulu, sur les fesses. Je me relevais, passais ma main dans mes cheveux, frottais mon postérieur douloureux et trottinais jusqu'à la porte. Je posais la main sur la poignée, inspirais un grand coup, me préparais un sourire blasé et ouvris la porte à mon ami.

«Hello ! Prêt à swinguer ?»













KAYLEIGH FLOCKE MORGENSTERN





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪ MESSAGES : 17
♪ AVATAR : Joseph Gordon-Levitt
♪ COPYRIGHT : AU
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 27



MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs ; Kayleigh & Cyril   Sam 20 Aoû - 2:09

Il aime, un peu, beaucoup, pas du tout. Il aime, un peu, beaucoup, pas du tout. Il aime ... Sa sœur ainée passa par là et désigna la chemise blanche dans un soupire de désespoir. Il était tant que Cyril sache que le rouge saignant à en crever les pupilles, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus discret. Et encore moins ce qu'il y avait de plus sexy. Par fierté, Cyril prit tout de même le tissus criarde et s'essaya à l'accorder à son teint, en face de son miroir. Le garçon sortit de sa chambre et se dirigea d'un pas lourd vers la cuisine. Sur la table, les restes à peine entamé d'un plat de pâte. Apparemment, il était seul à la maison avec Magalie. Elle trainait comme une loque de pièce en pièce à la recherche une quelconque distraction qui pourrait plus ou moins la crétiniser pour le reste de la journée. Le bar fermé, Maman et son copain en sortie comme le reste de la tribu. Mon bon vieux Cyril, il ne reste plus que toi pour assurer la fierté familial ! D'ailleurs, il avait un rendez-vous cet après-midi. Dans environs ... Une ou deux heures peut-être ? Là, il préparer son déjeuner. Il alluma la plaque chauffante et sortit un steack haché congelé du congélateur et le jeta sur une poêle préalablement déposée. Lorsqu'il le retourna et pressa la viande avec sa fourchette, une goutte de ... De gras mélangé à du sang, peut-être, vint tâcher sa beeelle chemise. Magalie qui passait par-là - un timing du tonnerre - ne manqua pas de se moquer de lui. pas le choix, le français dût prendre la blanche. Plus salissante mais tout plus même plus classe. Finalement, il était plutôt enthousiaste à l'idée que ce petit contre-temps l'oblige à se changer. Il avait une excuse à déballer pour tenir tête à Magie et avoir le dernier mot. Cyril se dirigea en toute hâte vers la cuisine, tout en reboutonnant sa chemise. En arrivant, le steak avait disparut, le saladier de pâte était à moitié vide. Sa sœur avait visiblement eut faim et terminait le repas de son frère dans le salon, visionnant une émission de télé-réalité américaine. Quand Magie voulait se crétiniser, elle ne le faisait pas à moitié. Cyril regarda sa montre : 13:39. Il jugea qu'il avait assez de temps devant lui et termina le plat de féculent avant de la balancer dans l'évier. Il le mettrait plus tard dans le lave-vaisselle. Il prit son téléphone, ses clés, un peu d'argent - ne sait-on jamais, lança un au revoir à sa sœur et descendit au bar avant d'en sortir par la porte de derrière.

Cyril avait rendez-vous avec Kay. Une fille de McKingley qu'il avait connut l'an dernier et qui avait accepté de lui donner quelques cours de chant. Bien que le garçon n'était pas convaincu, elle lui affirmait qu'il avait du talent - certes, peut-être pas autant que certains membres du Glee Club mais tout de même. Cyril aspirait à entrer chez les Warblers mais il s'entêter à croire qu'il n'était pas assez doué, pas assez entrainé ou motivé. Il voulait donner sa candidature dès qu'il serait réellement prêt, le jour où il le choisira. Pour le moment, il se contentait des cours de la belle blondinette qui l'avait invité pour cet après-midi. Il s'y rendit à pied, comme de juste. Ils n'habitaient pas très loin l'un de l'autre et bien qu'il pressait tout de même le pas, Cyril ne pensait pas être en retard. Arrivé devant le seuil de sa maison, il hésita quelques instants à sonner. Il se prépara mentalement à être accueilli par la mère de Kay - ou tout autre adulte, d'ailleurs. Cyril prépara sa phrase, comme étant sûr d'être que l'Autrichienne n'allait pas répondre. Oui, je viens voir Kay. Je viens voir Kay. Elle est là ? Je pourrai voir Kay ? Kayleigh. Il buta à ses premiers mots. Tandis que la bouche se disputai avec son esprit, une blondine ouvrit la porte, surprenant Cyril qui ne s'attendait ni à un tel accueil, ni à une telle tête. Les yeux lui tombaient sur la figure, elle était à peine coiffée et s'était maquillée avec négligence. Il fallait être aveugle pour ne pas voir qu'elle venait de se réveiller. Wouch ! Dure soirée. Il eut un mouvement de recul pour éviter machinalement les possibles relents d'alcools d'une soirée trop arrosée, peut-être. La tête que faisait la jeune fille en disait long sur son état.

Toujours. lança-t-il sans grande conviction. Il se permit d'entrer chez elle et d'en rajouter. Je vois que tu m'as pas trop attendu pour ça. Tu t'es couché à quelle heure ? Il avait comme un semblant d'accent français qui persistait dans sa voix. Cyril prenait soin de ne pas le perdre. Il l'affectionnait et ça plaisait beaucoup, il parait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayleigh
Wo andere nie waren ... Und weiter.


♪ MESSAGES : 550
♪ AVATAR : La belle et magnifique Taylor Momsen ♥
♪ COPYRIGHT : ♥ Bazzart
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 569



MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs ; Kayleigh & Cyril   Dim 21 Aoû - 22:38

Comment dire ça poliment ... Disons que ce matin, j'étais très fatiguée. Et encore, c'est un bien petit mot pour décrire mon état. En fait, on était même pas le matin et je m'étais seulement levée à 14 heures après m'être endormie à pas d'heure sur mon cher bon vieux canapé (que je haïssais à présent pour le torticolis qu'il m'avait apporté). Autant vous dire que je n'étais pas au mieux de ma forme et pour en rajouter une couche, j'avais presque oublié que je devais donner un cours de chant à Cyril. Cyril, le même petit français qui se tenait juste en face de moi, entrant tout en me disant :

«Toujours, lança-t-il sans grande conviction. Je vois que tu m'as pas trop attendu pour ça. Tu t'es couché à quelle heure ?»


Je lui tirais la langue et fermais la porte derrière lui. Si même mon ami avec son accent français à couper au couteau (s'il-vous-plaît, aucune réflexion sur le mien, autrichien et tellement mignon ou pas) me faisait la morale maintenant, j'étais pas mal partie dans la vie ! Remarquez que ce n'est pas vraiment ma faute la tête que j'avais. N'importe qui dans ma famille aurait pu être assez gentil pour m'aider à passer la nuit dans mon LIT mais NON ! Ils avaient préféré me laisser me faire mal, tranquillement, la bouche grande ouverte dans un sens anormal pour se tenir sur un canapé (en gros la tête en bas). Enfin, tout ça pour dire que j'avais une famille de psychopathes assez sympa pour me laisser me présenter dans cet état devant un de mes ami. J'avançais dans le salon, m'asseyais sur mon bourreau de la nuit et fis signe à Cyril de prendre place à côté de moi.

«Ahah ! Trop marrant mon ptit. Je te signale qu'en réalité, je me suis endormie à l'envers sur le canapé... Et je viens de me réveiller... Alors en fait, si, je t'ai attendue.»

Je ris. C'est que je me trouvais presque drôle ce matin. Oups. Pardon. Cet après-midi. Cherchez pas, je vais avoir la chance d'être décalée toute la journée ... Voir toute la fin de l'année, douée comme je suis. Le problème, c'est qu'on est seulement l'été alors ... Mais arrêtons de raconter ma petite vie si inintéressante parce que là, à me taire, je sens que je vais commencer à l'ennuyer. Je le dévisageais de haut en bas. Chemise blanche et jean, ça lui allait bien. Je souris et me relevais du canapé. Mon ventre gargouillait encore (apparemment, à cette heure, il avait besoin d'avoir eu ses deux repas) et je voulais le mettre à l'aise et lui faire oublier ma sale tronche d'insomniaque. Je me rendis dans la cuisine, farfouillais dans les placards et trouvais un paquet de paquets de gâteaux que je posais sur un plateau. Je pris ensuite toutes les bouteilles que je pouvais coincer sous mes bras, pris deux verres dans une main et amenais le tout au salon en - tenez-vous bien - un seul voyage ! J'étais si fière de mon numéro d’équilibriste que je manquais de casser les verres en les posant sur la table. Je poussais un "ouf" de soulagement une fois le tout posé et je me mis en tailleur sur le sofa pour pouvoir faire face à mon ami.

«Alors, qu'est-ce que tu veux ? Tu sais, paraît que la brioche et le soda, ça fait chauffer les cordes vocales.»

Je m'esclaffais à ma propre vanne. Quand je vous disais que j'étais drôle en ce moment ... M'enfin bref. Je lui tendis un verre puis me servis un grand verre de coca zéro. Je pris une tartine que je badigeonnais de nutella et me l'enfournais dans la bouche. Bravo, très classe Kay'. J'avais limite honte de moi-même mais qu'y voulez-vous ... Quand j'avais faim, je ne contrôlais plus mes gestes qui avait un quelconque rapport avec mon estomac. Du coup, j'attendis qu'il parle le premier. Après tout, j'étais peut-être connue pour être une bavarde mais quand il fallait, je savais me taire.











KAYLEIGH FLOCKE MORGENSTERN





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Souvenirs, souvenirs ; Kayleigh & Cyril   

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvenirs, souvenirs ; Kayleigh & Cyril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET IT RIGHT ::  ONLY CHILD :: Sujet-