AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Harper Savaris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


♪ MESSAGES : 114
♪ AVATAR : Carey Mulligan
♪ COPYRIGHT : Kurtinou
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 108



MessageSujet: Harper Savaris   Mer 11 Mai - 22:55





Harper Savaris

♣ 1 7 a n s ♣ C é l i b a t a i r e ♣ É t u d i a n t e ♣ S t u d e n t


Bienvenue à Lima ! Je me présente, Jacob Ben Israel je vais vous accompagner dans cette interview car pour faire la première page du journal du lycée il faut en donner beaucoup. Alors déshabillez-vous et plus vite que sa que j'admire votre corps de rêves. Oh, oh, oh ! Magnifique. Hm .. N'essayez pas de m'avoir avec ce jolie minois et passons aux choses sérieuse je veut tout savoir ! Light camera & action guys !


Your life story



Dans les couloirs de McKinley, une jeune fille tentait tant bien que mal de retrouver son chemin vers son casier, tâche peu évidente compte tenu de a foule d’élèves qui se bousculait, et la bousculait dans les couloirs. La demoiselle était de petite taille, insignifiante aux yeux des grands footballeurs qui lui auraient marché dessus s’ils avaient pu, quand aux autres élèves moins baraqués du lycée, ils profitaient d’avoir quelqu’un de plus petit qu’eux à disposition pour rendre une partie des coups de coudes qu’ils avaient reçu durant leur scolarité sans risquer la riposte… à tord. Malgré sa petite taille, la jeune fille savait très bien jouer des coudes, elle y excellait même et n’était pas en reste quand il s’agissait de rendre les coups qu’on lui donnait.
Elle finit par arriver tant bien que mal jusqu’à son casier et sorti le papier de sa poche sur lequel était inscrit le numéro (mais cela elle l’avait mémorisé) et surtout, le code qui lui permettrait de l’ouvrir. Après deux tentatives infructueuses, elle finit par gagner la bataille engagée contre son cadenas et se déchargea avec un grand soupir de soulagement d’une bonne partie du contenu de son sac en bandoulière qui commençait vraiment à lui scier l’épaule. Une fois qu’elle eut fini de jeter ses bouquins en vrac sur les étagères de métal, elle referma la porte, ce qui lui fit échapper un sursaut de surprise. Non pas que le claquement sonore de la porte lui eut fait peur, mais plutôt du visage qui semblait être apparu derrière cette porte. Après un mouvement de recul, la demoiselle regarda de haut en bas le garçon qui semblait s’être caché derrière la porte ouverte de son casier comme s’il cherchait délibérément à donner un effet de surprise à son « entrée en scène ». Des vêtements ringards, un visage boutonneux, de grosses lunettes lui cachant la moitié du visage, le tout surmonté d’une crinière bouclée qui s’apparentait plus à une afro qu’a ce qu’on appelle une coupe de cheveux, la parfaite image du petit-geek-impopulaire que quelqu’un venant de l’étranger s’attendrait à croiser dans un lycée. La jeune fille fit un effort pour se montrer sympathique et demanda d’un ton presque condescendant mais dans lequel perçait quand même une certaine impatience :


-Est-ce que je peux t’aider ?

L’autre sourit, mais un sourire qui ressemblait plus à celui d’un chacal face à une dépouille de proie abandonnée.

- Alors c’est toi Harper ? Avec un nom pareil je m’attendais à voir un garçon, mais je ne peux que constater mon erreur.

Remarquant que le regard du garçon avait dérivé bien plus bas que ses yeux Harper décida qu’elle avait été bien assez patiente comme cela, et que le temps n’était plus à la politesse.

- Qu’est-ce que tu veux ?

- Moi c’est Jacob, Jacob Israel. Tu peux répondre à quelques questions ? C’est pour mon site.

Harper remarqua alors un autre garçon, un peu en retrait, qui tenait une caméra et qui filmait toute la conversation. Elle n’eut pas le temps de protester que le dénommé Jacob reprenait de plus belle.

- Alors c’est toi l’élève qui à transféré en milieu d’année ? Tu es une junior c’est ça ? Qu’est-ce qui t’amène à Lima ? Est-ce que c’est parce que tu assumes pas ton prénom que tu te coiffes comme un garçon ? Tu te travestissais en mec dans ton ancien lycée ? C’est pour ça que tu as dû transférer ? Tu viens d’où à ce propos ?

Harper était abasourdi devant un tel flot de parole. Elle profita du moment pendant lequel Jacob dû se taire pour respirer pour lancer un « Va te faire voir !» bien placé en s’éloignant après l’avoir bousculé.

- Allez !... Tout ce que je veux c’est en savoir un tout petit peu plus sur toi, genre, tous les détails croustillants de ta vie.

Harper se retourna ce qui arracha un sourire à Jacob qui s’imaginait probablement qu’elle avait l’intention de reprendre l’interview la ou elle l’avait laissée. Il déchanta bien vite.

- Et si je trouve ne serait-ce qu’un seconde de cette conversation sur internet, je te fais manger ta caméra. C’est clair ?

Elle n’attendit même pas la réponse, préférant laisser son ultimatum planer au dessus de Jacob comme un nuage sombre et menaçant, et se fondit dans la foule. Jacob la perdit de vue en quelques secondes.

Jacob n’avait pas tout à fait tord sur certains point. Harper avait belle et bien une coupe à la garçonne et avec sa petite taille et son air mutin, elle aurait eu l’air tout à fait naturel dans le rôle de Peter Pan dans la pièce du même nom. C’était d’ailleurs ce qui s’était passé quand elle avait 13 ans et que sa classe avait monté la pièce pour le spectacle de Noël, et elle avait été magnifique d’après tous ses amis et certains de leurs parents. Mais contrairement à ce que Jacob affirmait, Harper adorait son prénom et n’avait aucun problème avec son statut de fille. Et non, elle ne se travestissait pas… enfin, plus. Mais cette époque datait de sa petite enfance, et il y avait une explication toute simple.


Harper était née 17 ans plus tôt dans une petite ville du Sud-Ouest de la France. Elle était la 3ème d’une famille de 5 enfants… uniquement composée de garçons, d’où son prénom, Harper. Ses parents étaient persuadés que l’enfant à venir était un autre petit bonhomme, ils ne s’étaient pas cassés la tête à chercher un nom de fille. Son enfance fut plutôt normale. Le fait d’être la seule fille d’une famille essentiellement composée de membres du sexe masculin n’aida pas vraiment à affirmer sa féminité. Le fait que ses parents n’aient pas hésité à la nommer avec un prénom de garçon ni à l’éduquer comme ses autres frères n’n’arrangea pas les choses. Elle fut toujours très admirative de ses frères ainés et très protective envers les plus jeunes.
Quand elle avait à peine 6 ans, toute sa famille déménagea aux Etats-Unis, en Ohio, région d’où Madame Savaris était originaire (pas difficile de deviner ses origines américaines à entendre les prénoms de sa marmaille : Casey, Brandon, Harper, Aaron et David).

Harper, qui jusque la n’avait fréquenté principalement que ses frères et quelques garçons de sa classe en France qui ne trouvait pas le fait de jouer avec une fille trop réducteur, fit la connaissance d’un garçon de son âge habitant le quartier de Lima dans lequel sa famille emménageait. Le camion de déménagement occupait toute l’attention de ses parents et de ses frères ainés, Harper avait donc décidé d’aller explorer le quartier. Elle était vite tombée sur une bande de garçons d’un an ou deux de plus qu’elle armés d’épées en bois et de capes ( certaines a fleurs et a carreaux et qui semblaient avoir été nouées par les enfants). Harper, curieuse comme à son habitude, s’était rendu compte en s’approchant qu’un des garçons, plus petit que les autres ne semblait pas du tout amusé par le jeu et pleurais en se protégeant tant bien que mal des coups d’épées de bois et de plastique que lui assenait les autres.
La famille de Harper était loin d’être parfaite, mais il y avait une valeur qui prônait chez les Savaris, et c’était la protection des plus faibles. De toute manière, jouer au chevalier blanc qui galope à la défense de la veuve et l’orphelin était quelque chose que Harper adorait faire. Elle n’y avait pas réfléchit à deux fois, et s’était posté devant le petit garçon en pleurs en lançant des regards terrifiants à ses petits agresseurs. Apparemment ça avait fait son effet puisque le petit groupe avait eu un moment de recul et avait fini par prendre la fuite non sans une dernière parole de mauvaise foi : « C’est lui qui voulait absolument jouer avec nous, il faut savoir ce qu’il veux, c’est pas notre faute. »
Harper s’était ensuite retourné vers l’agressé, lui demanda s’il allait bien et s’il voulait qu’elle aille chercher sa maman. Le petit garçon avait répondu par la négative et lui avait ensuite pris la main pour l’emmener dans son jardin ou était dressé sur une table un service à thé miniature d’une précision assez surprenante.

Ce fut la première fois que Harper jouait à un vrai jeu de « fille » plus de 5 minutes sans s’ennuyer (ou de se mettre a jouer avec les tasses prétextant qu’elles étaient des soucoupes volantes). Etonnement elle y prit même beaucoup de plaisir, peut-être parce que pour la première fois elle avait l’occasion de jouer le gentleman invité par la Lady du château à prendre le thé. Le gentleman était un explorateur, alors il avait perdu ses manières civilisés dans la jungle ou il avait été retenu prisonnier par des gorilles cannibales. La Lady l’avait invité dans sa demeure pour écouter ses récits et en profitait pour rectifier ses manières de temps à autres. Harper s’était amusée comme une petite folle a mimer ses combats avec les gorilles durant lesquels elle avait perdu une main (qui avait miraculeusement repoussé grâce à un sorcier vaudou) pendant que Kurt sirotait un thé invisible et grignotait des scones en plastique en poussant des « Oh ! » et des « Ah ! » admiratifs.
Kurt et Harper avaient passé toute l’après-midi ensemble et quand ils se séparèrent (Harper serait bien restée mais le père de Kurt l’avait prise par la main pour la ramener chez elle, lui expliquant que ses parents ne savaient pas ou elle était et risquaient de s’inquiéter) ils étaient déjà les meilleurs amis du monde. Kurt fascinait Harper, c’était un garçon dépourvu de la brusquerie et de la stupidités des enfants du même sexe, et qui possédait la douceur et la sensibilité des filles sans leur agaçante manie de tout critiquer et d’agir en vraies petites pestes. Il lui faisait penser à un poupée de porcelaine, magnifique et douce, mais trop facile à briser. Kurt ne savait pas se défendre seul, et bien Harper serait son chevalier à temps plein (ou plutôt, à temps plein pour des enfants de 6 ans c'est-à-dire entre les repas, le bain, le coucher… et toutes ces choses que les parents forcent leurs enfants à faire).
Pour en revenir à la partie de thé menée à son terme, les parents de Harper n’avaient même pas remarqué son absence, comme la petite demoiselle n’avait cessé de le répéter à Burt et à Elizabeth, la maman de Kurt, qui n’avaient rien voulu entendre. La famille Savaris était trop occupée avec les cartons à ouvrir pour se soucier de la petite dernière qui, pour une fois, ne leur courait pas dans les pattes. Les deux enfants n’eurent pas à supplier longtemps pour que Burt et Elizabeth autorisent Harper a venir jouer avec Kurt aussi souvent qu’elle le souhaitait, à condition qu’elle prévienne ses parents avant (oui, oui).

Pendant les deux semaines suivantes, les deux enfants ne se quittaient plus d’une semelle, Harper alla d’ailleurs plusieurs fois dormir chez Kurt, comme si se voir du lever au coucher du soleil ne suffisait pas aux deux enfants.
Vint ensuite la rentrée des classes. Harper commença la journée en râlant parce que cela voulait dire qu’elle ne pourrait plus jouer avec Kurt. Quand elle arriva en classe (ou plutôt quand sa mère eut fini de l’y trainer) elle eut la bonne surprise de voir que Kurt s’y trouvait aussi et fit soudainement moins de manières pour aller s’assoir a son bureau (elle s’y précipita si soudainement que Monica n’eut même pas le temps de lui dire au revoir).
Une fois les parents partis l’institutrice se trouva bien ennuyée de constater que Harper était une fille et non un garçon (erreur commune et plus que justifiée, Harper avait l’habitude), mais quand elle lui parla d’échanger le carton bleu sur lequel était écrit son prénom, pour un carton rose, la petite demoiselle s’étais mis à hurler toutes sortes de choses en français. Ce fut suffisant à convaincre l’institutrice qu’un carton bleu ferait tout aussi bien l’affaire (la pauvre femme savait beaucoup de choses, mais malheureusement la maitrise de la langue de Molière n’en faisait pas parti). Voyant que cette tactique marchait plutôt bien, Harper en profita pour ‘demander’ à être placée à côté de Kurt. Une fois sa requête exaucée, elle fut un véritable petit ange pour le reste de la journée. Enfin cela ne changea pas grand-chose au fait qu’elle avait réussi à effrayer la totalité de ses camarades de classe (Kurt excepté).
L’année se passa sans problème une fois que l’institutrice avait compris que pour la faire passer de petit démon à petit ange, il suffisait de traiter Harper comme n’importe quel autre garçon de la classe, et de ne pas la séparer trop longtemps de Kurt.
Les deux enfants étaient inséparables, et en se lassaient pas l’un de l’autre. En général, rien que la présence de Harper suffisait à garder à distance des gamins qui autrefois embêtaient Kurt pour le plaisir (certain, plus téméraire, osaient quelques tentatives mais fuyaient biens vite devant la hargne de Harper), et également n’importe quels autres enfants qui aurait pu essayer de se lier d’amitié avec eux. Leur cercle d’amis ne dépassait pas le nombre de deux (ils avaient bien quelques camarades, histoire d’avoir plus de deux personnes à leurs goûters d’anniversaire mais cela n’allait pas beaucoup plus loin), mais cela ne dérangeait ni l’un ni l’autre, ils s’amusaient bien plus comme cela.

La fin de l’année arriva bien vite, et avant de ses séparer de ses élèves, leur jeune institutrice leur annonça une bonne nouvelle, elle allait se marier en juillet et les élèves qui le désiraient étaient invités. Cette nouvelle eut pour effet de rendre Kurt encore plus excité qu’un chiwawa sous caféine et il ne fit que de parler de mariage, de fleurs, de robes et de gâteaux à la crème au beurre pendant les jours qui suivirent. Un après-midi, alors que les deux enfants étaient à jouer dans le jardin chez les Hummels et que Kurt parlait une fois de plus de mariage (il était, entre autres, en train d’essayer de deviner quelle serait la couleur des robes des demoiselles d’honneur de leur maitresse), Harper, qui préférait agir que discuter, proposa d’organiser un « vrai » mariage et demanda a Kurt s’il « voulait bien qu’ils se marient tous les deux ». Kurt accepta immédiatement bien que l’idée sembla lui faire monter une rougeur aux joues, rougeur qui fini par se propager sur les joues de Harper également. La petite demoiselle qui n’avait ordinairement peur de rien semblait pressentir que ce faux mariage avait peut-être plus de signification qu’un simple jeu pour l’un comme pour l’autre.
Kurt était donc chargé de toute l’organisation, mais Harper tint quand même à choisir le prêtre qui les marierait, un compromis qui semblait plutôt juste. De plus, pour ne pas faire de jaloux, ils avaient chacun un nombre d’invités limite à respecter (en plus s’il y avait trop de monde, la réception serait plus chère et c’était mal partir dans une vie de couple que de partir en s’endettant selon Kurt, Harper s’en souciait peu mais elle faisait lui confiance pour ce qui était de savoir ce genre de choses).
Une fois qu’ils eurent fini d’aligner leurs peluches et leurs poupées (Harper avait fait un rapide aller-retour chez elle pour aller chercher son Batman et ses GI-Joes) et avoir joliment placé les biscuits du goûter (à défaut de pièce-montée) sur une assiette, Harper et Kurt s’avancèrent main dans la main vers Batman (le seul apte a faire office de prêtre selon Harper). Pour l’occasion, Harper portait le noeud-papillon préféré de Kurt (celui à paillettes argentés) et a défaut de robe blanche, Kurt avait noué une serviette de bain autour de sa taille. Kurt dû réctifier Harper pendant l’échange des bagues (deux bagues en plastique, une rose et une verte que Kurt avait fait acheter par son père dans un supermarché du coin le jour d’avant toujours dans sa folie des mariages) parce qu’elle avait enfilé la bague rose de Kurt au mauvais doigt. La cérémonie se clôtura par le baiser (très timide) traditionnel et les deux enfants se dirigèrent toujours main dans la main vers la « pièce-monté », sous les yeux attendrit de Burt et Elizabeth, qui les surveillaient sans être vus de la fenêtre de la cuisine. Harper et Kurt étaient désormais mari et femme, pour le meilleur et pour le pire.
Après un somptueux festin composé essentiellement de biscuits au chocolat et de jus d’orange, ils finirent la soirée à discuter du voyage de noces qu’ils feraient au Waterpark du coin (après avoir pensé à DisneyWorld mais c’était beeeeeeaucoup trop cher pour leur cochon-tirelire) et au métier qu’ils feraient plus tard. Harper avait dit (en faisant le cochon pendu sur la branche d’un arbre du jardin) qu’elle s’engagerait dans l’armé pour tuer des zombie, qu’elle aurait plein de médailles et qu’elle serait Général (elle avait promis a Kurt qu’elle ne mourrait pas parce qu’elle serait la plus forte) et Kurt qui dessinait des petits cœurs et des fleurs de toutes les couleurs dans un carnet avait répondu qu’il serait une de ces personnes qui disent comment les gens doivent s’habiller et qui inventaient des vêtements (mais il avait oublié le nom) ou bien il organiserait des mariages, il ne savait pas encore.
Les jours passèrent, leur nouvelle vie en temps que mari et femme ne changeait pas beaucoup de leur ancienne vie finalement. Les supplication des enfants pour faire emménager Harper chez les Hummels (Kurt n’était pas encore prêt à quitter le logis familial) n’avaient pas suffit à faire plier Burt, par contre elle pourrait dormir chez eux plus souvent étant donné que c’était les vacances. Ce compromis suffit à ravir les enfants, en plus comme c’était l’été ils avaient le droit de dormir dehors sous la tente (Kurt avait toujours été terrifié de cette tente, tout comme de dormir dehors mais apparemment la présence de Harper changeait pas mal de choses), c’était presque comme s’ils avaient leur propre maison.

Le temps passe plus vite quand on s’amuse, les enfants ne virent pas arriver le jour du mariage. Harper avait dû rentrer chez elle la veille pour se préparer pour la cérémonie, aussi Kurt et elle ne se virent pas avant la réception (en plein air, c’était le milieu du mois de Juillet) suivant la cérémonie. Kurt comprit bien vite la raison de son retard quand il la vit arriver. Il la regarda de loin pendant que sa mère et elle offraient leur félicitations à la mariée (enfin surtout Monica parce que la petite fille fixait le sol avec une mine boudeuse). Harper avait les yeux rouges et gonflés mais ses joues étaient sèches. Elle venait de pleurer et pour un long moment mais quelques paroles probablement très convaincantes de sa mère avait fini par la calmer. Sa touffe de cheveux coupée à la garçonne était pour une fois bien peignée et ne ressemblait plus au fouillis de mèches couleur châtain clair que Harper arborait habituellement. Monica avait même réussi à y faire tenir une jolie petite barrette faite de rubans et de perles. Mais ce qui choqua le plus Kurt, encore plus que la petite barrette, c’était la robe couleur vert-pâle et jaune que Harper portait (et il ne remarqua même pas le fait que les couleurs s’accordaient parfaitement avec celles des demoiselles d’honneur pour dire à quel point il était surpris). Il continua à fixer son amie jusqu'à ce qu’une parole de leur maitresse « Comme tu est jolie Harper, en un an c’est la première fois que je te vois porter une robe. Ca te va très bien tu es ravissante !» lui fasse détourner la tête. A peine eut-il croisé son regard qu’il s’enfuit en courant sous les yeux surpris de son père qui n’eut pas le temps de réagir, Monica se dirigeait vers lui en tenant sa fille par la main. Elle ne pouvait pas rester pour le mariage, elle avait une foule de choses à faire et demandait à Burt si cela ne le dérangeait pas de s’en occuper. Bien sûr ce n’était pas un problème du tout, c’était même avec plaisir qu’il prenait soin de la petite Harper et si cela arrangeait les Savaris, il pourrait même la garder à dormir cette nuit. Elizabeth était un peu malade (c’est pour cela qu’elle n’était pas au mariage), mais garder Harper n’avait jamais posé aucun problème. C’était une enfant « vivante » mais elle passait les trois quart de son temps dehors à jouer avec Kurt. Monica remercia Burt et s’en alla après avoir déposé un baiser rapide sur la joue de sa fille.
A peine sa mère fut hors de vu que la petite éclata en sanglot sous les yeux ronds du pauvre homme. Les deux enfants agissaient de manière bien étrange aujourd’hui, Harper n’avait encore jamais fait une telle crise, quant à Kurt, et bien il se demandait quelle mouche pouvait bien l’avoir piqué. Harper fini par se calmer au bout de dix minutes de câlins et de paroles rassurantes, Burt avait vite compris que la réaction de son fils était pour beaucoup dans la tristesse de Harper, et surtout que la petite détestait les robes et en règle générale, les habits de fille. Harper se calma complètement une fois que le père de Kurt lui promis qu’il lui prêterait des habits de son fils pour se changer dès qu’ils rentreraient chez eux. Une fois cette promesse faite, elle quitta les genoux de Burt pour partir à la recherche de Kurt. Elle ne mit pas longtemps à le trouver, elle ne le connaissait que trop bien. Il était caché sous la table, juste en dessous de l’imposante pièce-montée.
Kurt la vit arriver, il ne s’enfuit pas cette fois, mais évitait son regard. Apparemment, lui aussi avait pleuré. Harper s’assit à coté de lui, respectant son silence ou ne sachant peut-être pas quoi dire pour justifier son appartenance au membres du sexe féminin. Comme au bout de quelques longues secondes, aucun bruit autre que les cliquetis des verres de champagnes et des discussions ennuyeuses des adultes de l’autre côté de la nappe ne s’était fait entendre, Harper brisa le silence. « Je suis une fille, mais j’ai pas envie. Les filles c’est nul. »
« T’es pas une vrai fille alors. » Ce mots firent apparaitre un petit sourire sur le visage humide de Harper. Vu les circonstances, rien n’aurait pu faire plus plaisir à Harper que d’entendre ces quelques mots. Elle prit la main de son ami, « Et toi t’es pas un vrai garçon. » Ce qui le fit sourire également. « On est toujours amis hein ? » Kurt hocha vigoureusement la tête, il souriait de nouveau et n’évitait plus son regard. Harper décrocha la barrette qu’elle avait dans les cheveux et la fixa au veston de Kurt. En retour, Kurt lui tendit son nœud papillon (ce qui signifiait beaucoup quand on connaissait son amour pour ces petits bouts de tissus) qu’elle enfila autour de son cou. Leur regard s’arrêtèrent ensuite sur les bagues rose et verte qu’ils portaient respectivement au doigt. « On peut toujours être mariés si tu veux. » A ces moment un grand sourire radieux s’afficha sur la petite frimousse de Harper et un câlin fini de réconcilier les deux enfants. Harper et Kurt seraient donc mariés en attendant qu’ils trouvent quelqu’un d’autre (mais pour le moment ils n’envisageaient même pas cette possibilité après tout, tous les garçons étaient des débiles, et toutes les filles (bien qu’elles n’intéressent aucun des deux enfants) des pestes) ils auraient une jolie maison, Kurt ferait de la couture et Harper irait tuer des zombies. Et en attendant que Kurt soit assez grand pour utiliser une machine à coudre, et que Harper ait l’âge requis pour s’engager dans l’armée, ils se contenteraient d’être les meilleurs amis du monde et Harper continuerais à tabasser ceux qui oseraient toucher à un seul des cheveux de Kurt.
Burt décida de ne pas chercher à comprendre ce qui avait bien pu se passer dans la tête des deux enfants durant la journée quand il les vit plus tard, main dans la main et tout sourire l’un arborant fièrement une barrette en guise de broche, et l’autre un nœud papillon par-dessus sa robe.
Le reste de la journée se déroula à merveille. Les deux enfants étaient de nouveaux unis comme les deux doigts de la main. Ils mangèrent l’un à côté de l’autre en s’agitant sur leur chaise puis quand Burt n’arriva plus à les retenir ils sortirent de table comme tous les autres enfants pour aller se courir après en attendant de dessert. Une fois que la pièce montée eut fini dans les estomacs des invités, ils allèrent sur la piste de danse pour remuer sur des classiques ou des tubes des années 70 et 80 sous le regard attendrit des adultes aux alentours. Kurt montrait à Harper comment la valse était sensée se danser et en retour elle l’aidait à se lâcher durant les morceaux plus entrainant. L’incident de la robe fut vite oublié comme on oubliait vite à cet âge quelque soit l’importance du problème.

L’été se déroula dans une ambiance joyeuse pour les deux enfants, Harper passait la plupart de son temps chez les Hummels. La petite fille s’y plaisait tant qu’elle demanda même si elle pouvait rester chez eux pendant les deux semaines durant lesquelles sa famille voulait aller faire un tour en Californie pour les vacances. Bien qu’ils n’en parlent pas tout haut, c’était une solution qui arrangeait pas mal les parents de Harper qui pourraient passer des vacances au soleil tranquille, sans avoir la petite dernière dans les pattes. Le plus jeune frère juste avant elle, Brandon, avait 12 ans et savait un peu mieux se tenir. Les Hummels étaient toujours d’accord pour accueillir Harper chez eux, c’était selon eux une enfant vivante et adorable et Kurt n’avait jamais été aussi heureux que depuis qu’elle avait emménagé dans le quartier. Ils étaient bien un peu inquiet quant à la durée du voyage des Savaris, même si ce n’était pas la première fois que la petite fille passait la nuit chez eux, c’était en revanche la première fois qu’elle restait pour une aussi longue durée. Leurs craintes ne furent pas fondées, les 15 jours se passèrent à merveille, et même bien trop vite au goût de Harper.
Burt, qui s’était montré un peu distant (comme à son habitude) envers Harper les premières fois qu’elle était venu jouer chez eux, était à présent totalement conquis par la demoiselle il lui avait appris à jouer au football, baseball, hockey… Généralement pendant que Kurt faisait la cuisine avec sa mère, une activité qui usait très vite la patience de Harper qui préférait rejoindre Burt pour quelques échanges de balles. Tout le monde y trouvait son compte, Burt pouvait faire avec Harper les activités qu’il ne pouvait faire avec son fils, mieux, Kurt, en voyant l’intérêt que son amie portait pour les sport, essayait de participer également, même si c’était de courte durée. Quand Kurt en avait assez, ce qui arrivait bien vite, il appelait Harper qui délaissait immédiatement Burt pour aller rejoindre son petit mari. L’inverse était également vrai, Harper faisait des efforts pour s’intéresser à la cuisine, mais elle trouvait ça affreusement compliqué. Du coup elle était en règle générale assignée aux mélanges parce que donner des grands coups de cuiller en bois dans un saladier, ça elle savait faire.

Le reste de l’été passa bien vite, et ce fut de nouveau la rentrée. Kurt et Harper était toujours dans la même classe (de toute façon il n’y en n’avait pas 50 dans la petite école dans laquelle ils étaient inscrits) ce qui évita un drame inutile. La réputation de Harper la précédait et la nouvelle maitresse savait quelle attitude adopter pour éviter les caprices de la demoiselle.
L’année fut cependant marqué par l’annonce que les parents de Kurt firent à leur enfant, le jeune garçon ne manqua pas de tout répéter à sa meilleur amie dès qu’il en eu l’occasion. La maman Kurt était très malade, les médecins faisaient ce qu’il pouvaient pour la soigner mais ce n’était pas sûr que ça marche. Les enfants ne comprenaient pas très bien ce que cela voulait dire. Lorsque la maladie la plus grave qu’on ai eu dans sa vie est la varicelle, on a un peu de mal à se représenter une maladie « que l’on ne peut pas soigner ». Certains jours, Elizabeth était loin d’être au mieux de sa forme. Kurt était un enfant très facile, calme et silencieux, et les deux amis se rendaient très bien compte que quelque chose de grave bien que dépassant leur compréhension se passait sous le toit des Hummels et Harper, bien que toujours très vive, fit des efforts pour mieux se tenir quand on le lui demandait.
En début d’année, une autre nouvelle, mais chez les Savaris cette fois, vint égayer un peu l’ambiance. Harper allait être grande sœur. Cette nouvelle la rendit plus excitée qu’une puce, mais quand elle comprit ensuite que le bébé n’était pas pour tout de suite, mais pour six mois plus tard (ce qui faisait beaucoup trop de dodos) elle perdit rapidement patience même si elle continuait à demander régulièrement (parfois plusieurs fois pas jour) combiens de dodos il restait pour que le ou la nouvel(le) arrivant(e) fasse son entrée dans leur maison.
La vie continuait son court et les six mois finirent par passer et un petit garçon (personne ne fut surprit) vint agrandir la famille au début du mois d’Avril. On le nomma Aaron (Harper avait proposé Indiana mais cela n’avait malheureusement pas été retenu et fit bouder Harper pendant environ 4 minutes et 27 secondes). Malgré les craintes de Kurt la naissance d’Aaron n’entacha en rien leur amitié. Harper restait fidèle à elle-même et encore plus à Kurt mais se découvrait simplement un côté maternel dont elle ignorait l’existence jusque-là (sauf si l’on considère le fait qu’elle cherche à tout prix à protéger Kurt comme un côté maternel… Harper le considèrerait aujourd’hui plus comme un « coté garde-du-corps ». Les deux enfants allaient même de temps en temps chez les Savaris pour admirer et s’occuper du bébé sous l’œil un peu distrait mais néanmoins présent de Monica. Kurt adorait ça, c’était encore mieux que de jouer à la poupée.
L’été finit par revenir, puis par s’en aller de nouveau pour céder à la rentrée des classe. Kurt allait bientôt fêter son anniversaire quand l’état d’Elizabeth Hummel s’agrava. Quelques semaines après les fêtes de Noël la mère de Kurt était au plus mal et l’on dû l’hospitaliser. Cela fini par se stabiliser mais elle ne pouvait pas quitter l’hopital. Elizabeth Hummel était de plus en plus malade et il n’y avait rien que les médecins puissent faire, elle décéda d’un cancer en mars 2001.

Harper comprit que quelque chose de grave avait eu lieu quand une dame qu’elle ne connaissait pas vint chercher Kurt au milieu d’un exercice de lecture et lui dit qu’elle allait l’amener voir son papa. Harper n’avait pas le droit de suivre son ami ce qui la rendit encore plus soupçonneuse. L’air de tristesse apitoyée gravé sur le visage de la maitresse pendant qu’elle contemplait Kurt enfiler son manteau n’aidait pas vraiment à apaiser les soupçon de la petite fille qui insista pour suivre Kurt. La maitresse et la dame l’en empêchèrent et cette fois Harper eu beau crier et tempêter (même bien après le départ de Kurt) rien n’y fit. Elle avait beau hurler que Kurt et elle n’allaient jamais nulle part l’un sans l’autre et qu’ils n’avaient pas le droit de les séparer, elle du malheureusement se contenter de regarder son ami s’éloigner avec un air terrorisé sur le visage pendant que la dame le trainait fermement par la main.
Il n’apparu pas en classe le jour suivant, ni le reste de la semaine. Les parents de Harper l’empêchèrent d’aller lui rendre visite et ne répondirent à aucune des questions de leur fille. Elle eut beau faire caprices sur caprice, elle n’eut pas l’autorisation de descendre la rue pour se rendre à la maison de son meilleur ami. Elle ne le revit qu’à l’enterrement le samedi suivant. Casey avait fini par expliquer à sa petite sœur le drame qui avait frappé les Hummel, et si cela n’avait pas atténué sa volonté d’aller rendre visite à Kurt, cela avait au moins eu le don de calmer ses caprice. Au lieu de hurler et de se rouler par terre comme elle le faisait d’habitude elle se contentait à présent de regarder son « bourreau » d’un air hargneux puis de courir dans sa chambre en claquant les portes derrière elle pour aller se poster à la fenêtre d’où elle pouvait voir le toit de la maison des Hummel.

A l’enterrement elle n’eut pas l’occasion de dire plus de deux mots à Kurt. Monica avait fait attention de ne jamais lâcher la main de sa fille au cas où il lui aurait prit l’envie de courir voir Kurt et son père (ce qu’elle n’aurait pas manqué de faire au moindre défaut de vigilance de sa mère). Les seules paroles qu’elle fut autorisé à prononcer furent ses condoléances pour la famille avant d’être contrainte de s’éloigner du petit garçon. L’excuse que lui avait donné Monica à sa fille était « Il traverse un épreuve très dure, il a besoin de se retrouver seul avec son père. » Harper n’était pas d’accord, si Kurt n’avait pas envie de la voir, il lui dirait lui-même. Devant l’entêtement de leur fille, les Savaris décidèrent d’envoyer Harper chez une tante éloignée qui vivait dans une ville perdue au milieu de l’Utah pendant les vacances de Pâques qui arrivait une semaine après les funérailles. Deux semaines que Harper passa a bouder, ne faisant rien de la journée à part rester dans son coin à écrire des lettres à Kurt, la seule chose qui lui était permise de faire. Elle réussit aussi à contacter Burt par téléphone alors que sa tante était occupée ailleurs, mais à cause du décalage horaire elle ne put parler à Kurt qui était déjà couchée. Elle discuta donc quelques minutes avec Burt mais sa conversation fut bientôt interrompu par la tante qui revenait et découvrait Harper accrochée au téléphone. Elle fut punie et consignée dans sa chambre mais cela ne changeait pas grand-chose pour elle de toute manière.

Pendant tout son séjour elle ne reçu qu’une lettre de Kurt vers la fin de son séjour (la mère de Harper avait dû faire des manières avant de finir par accepter de donner l’adresse de la tante en Utah). Il ne disait pas grand-chose dans sa lettre. Il lui écrivait simplement qu’il voulait qu’elle revienne vite. Harper désirait la même chose. A peine rentra-t-elle de son interminable séjour en Utah qu’elle sauta hors de la voiture qui la ramenait de l’aéroport elle se rua chez Kurt sans même prendre le temps de saluer le reste de sa famille. Elle s’était envolée si rapidement que ses parents n’avaient même pas eu le temps de la voir partir.
Quand Burt ouvrit la porte, il n’eut pas l’air très étonné de la trouver sur son seuil, complètement à bout de souffle, avec les cheveux complètement en bataille comme à son habitude. Il lui dit simplement que Kurt se trouvait dans sa chambre. Harper commença a se ruer à l’étage avant de revenir sur ses pas et d’enlacer Burt pendant quelques secondes pour ensuite se rediriger vers les escaliers. Quand elle entra dans la chambre elle le trouva assis sur son lit à regarder la Mélodie du Bonheur d’un œil éteint. Il eut un petit sourire pas très convaincant en la voyant entrer. Harper vint s’assoir en silence à ses côtés et lui donna la main pendant toute la durée du film. Au début de la troisième heure, Kurt s’allongea un peu plus confortablement dans son lit et Harper s’allongea à côté de lui. Elle ne partit de la maison des Hummels qu’une fois sûre qu’il était complètement endormi. En partant, elle expliqua à Burt qu’elle devait rentrer chez elle mais que Kurt dormait et qu’elle reviendrait le lendemain.

La vie reprenait doucement et durement son cours. Bien qu’Elizabeth Hummel et Harper n’aient aucun lien familial, sa perte marqua beaucoup la petite fille. Elle s’était beaucoup attachée à Elizabeth et maintenant que Kurt n’avait plus de maman, Harper devenait plus douce et plus patiente et de plus en plus féminine. Les disputes habituelles avec Kurt pour savoir à quel jeu ils emploierait l’après-midi (baseball ou défilé de mode ?) avaient presque disparues. Harper cédait tout à Kurt et se pliait à ses quatre volontés elle cédait volontiers ses jeux de guerre pour un après-midi peinture. Elle commença même à prendre goût dans ce genre d’ activités plus calme même si elle appréciait toujours autant les sports en tous genres. Les années passaient et Kurt avait de plus en plus d’influence sur Harper, elle devenait de plus en plus féminine. Burt avait bien espéré que l’effet inverse arrive mais il dû bien se rendre à l’évidence, son fils ne changerait pas. Les années passées donc et la blessure qu’avait causé la mort d’Elizabeth dans le cœur de Kurt et Burt cicatrisait lentement. De son côté, Harper était toujours fidèle au poste lorsqu’il s’agissait de soutenir ou défendre son protégé et meilleur ami.

Alors que la petite demoiselle avait 12 ans, un autre bébé (garçon, quelle surprise) vint agrandir la famille Savaris. Il fut nommé David, et Harper était toute fière de chanter à qui voulait ou ne voulait pas l’entendre que le prénom était son idée. Alors qu’ils étaient plus jeune, les deux enfants allait presque toujours jouer chez les Hummels (c’est à peine si Harper ne vivaient pas là-bas) mais depuis na naissance des deux derniers, les enfants allaient de plus en plus chez les Savaris ou ils passaient de longues heures à s’occuper des bébés. Kurt adorait ça, et à sa grande surprise, Harper l’adorait tout autant.

Kurt emmena Harper faire du shopping pour la première fois alors qu’elle avait 12 ans et demi. Elle y allait en trainant les pieds mais voulait faire plaisir a Kurt. C’était bientôt son anniversaire et elle lui avait promis (après avoir perdu à un pari) qu’elle porterait un robe ou une jupe (enfin, des vêtement féminins) le jour de son anniversaire. Burt les avait emmené au petit centre-commercial de Lima et les deux enfants parcouraient (enfin, Kurt trainait Harper) presque tous les magasins contenant des vêtements pendant que Burt prenait un café dans le Starbuck du coin. L’excitation don Kurt faisait preuve faisait un peu peur à Harper, mais elle consentit finalement à acheter une jolie robe bleue (Kurt l’avait d’abord proposée en rose mais il s’était heurté à un non catégorique) et chaussures et accessoires qui allaient avec. A la fin de l’après-midi les deux enfants étaient exténués et vinrent chercher Burt au Starbuck les bras chargés de paquets. Et encore, Harper savait que si elle l’avait écouté, Kurt lui aurait fait acheter les deux-tiers des vêtements se trouvant dans chaque magasin. Cela dit le garçon était satisfait, même si Harper avait refusé tout net d’acheter quoi que ce soit qui ne concernait pas la tenue qu’elle devrait porter pour les 12 ans de Kurt mais maintenant, elle aurait au moins une tenue de fille dans son armoire, et il considérait cela comme une petite victoire. Les mois qui suivirent, il la traina de plus en plus souvent au centre commercial prétextant que c’était pour lui (en fait, cela n’était pas faux, il revenait toujours les bras plus chargés qu’elle) et en profitait pour lui faire acheter quelques vêtements ou accessoires d’après ses conseils. Il trouva vite un autre moyen de lui faire porter autre chose que ses jeans troués et ses T-shirt sur lesquels elle arborait fièrement zombies et dinosaures, c’était en la faisant piocher dans sa propre armoire. Kurt n’avait même pas 12 ans mais sa garde-robe était déjà plus féminine que celle d’Harper. Finalement, le temps, l’entrée dans l’adolescence et surtout Kurt faisant leur effet, Harper fini par cesser de se travestir en garçon et faire un peu plus ressortir le coté féminin qui était en elle (bien qu’enfoui très profond).

Puis Harper dû déménager. Il semblait qu’on n’avait jamais connu un tel drame sous le toit des Savaris. On aurait pu annoncer qu’une épidémie mystérieuse avaient rendu les pastèques anthropophages et animée d’une conscience que cela n’aurait pas été pire. Ils savaient qu’ils pourraient s’écrire, se contacter, maintenant la technologie moderne faisait des merveilles dans ce domaine, mais ce n’était pas pareil. Le fait que la famille de Harper partait pour une durée indéterminée n’aidait pas à calmer les deux adolescents mais rien à faire, la jeune fille devait suivre sa famille. Kurt lui promis qu’il viendrait la voir dès qu’il le pourrait (en même temps, c’était une excellente occasion de visiter Paris et il n’allait pas la laisser passer) et elle fit de même. La famille Savaris déménagea en France, Paris, un peu après que Harper ai soufflé ses 14 bougies.

Au début les deux adolescents s’écrivaient souvent. Il se promettaient à l’un et à l’autre qu’ils se rendrait visite dès que possible, mais faute d’argent et de temps, ce furent des promesses dans l’air. La popularisation de Skype fut comme une bénédiction, Kurt et Harper ne manquait pas d’utiliser le logiciel dès qu’ils le pouvaient c'est-à-dire en comptant le décalage horaire, les contraintes imposées par les parents et surtout les caprices de la connexion internet. Finalement, ils ne se parlaient pas autant qu’ils le souhaitaient.
De son coté à Paris, Harper s’intégra vite dans sa nouvelle classe. Elle n’avait pas une foule d’amis non plus, elle était considérée comme la fille bizarre venant des Etats-Unis. La langue n’était pas un problème, son père ayant imposé le français sous le toit des Savaris dans le but unique de rendre ses enfants bilingue. Technique qui avait merveilleusement porté ses fruits, il fallait l’avouer. Harper fini par s’habituer à son nouveau mode de vie et sa bande d’ami s’agrandit. Son entrée au lycée l’aida beaucoup à trouver une indépendance et elle n’hésitait pas à s’exprimer, à la manière de Kurt, dans ce qu’elle portait sur le dos. Ah ça il aurait été fier d’elle, elle était presque aussi excentrique que lui, la seule différence avec lui étant que dans sa famille ils n’avaient pas les moyens pour lui acheter des vêtements griffés. De toute manière, elle s’amusait beaucoup plus à faire les puce ou à fouiller Emmaüs. Cela lui donnait un peu l’impression d’être une archéologue à la recherche de LA trouvaille du siècle.

Les parents de Harper n’avaient jamais été très présents pour leurs enfants. Non pas qu’ils ne les aimaient pas ou quelque raison pseudo-dramatique du genre, simplement qu’il pensait qu’il était bon que les enfants apprennent à être autonomes et responsable dès le plus jeune âge. Ils devaient se rendre compte par eux même à que la vie n’était pas une route de couleur arc-en-ciel au bord de laquelle les fleurs chantaient en rotant des paillettes, dans la réalité, c’était les plus débrouillards et les plus endurcis qui s’en sortaient le mieux, donc autant habituer leurs enfants dès le plus jeune âge. Harper et ses frères n’en n’avaient jamais réellement souffert, c’était même un système qui leur convenait parfaitement. La fratrie était unie comme les doigts de la main, et ils étaient tous en général très fidèles à leurs amis.
Toujours est-il que le père de Harper qui jusque là avait été assez peu présent dans l’éducation de ses enfants (à part pour leur faire des laïus sur la dureté de la vie) une fois qu’ils étaient à peu près capable de parler, marcher et faire des choix, sembla se réveiller. Il lui avait apparemment fallut 15 ans pour réaliser que Harper était une fille. C’est à peu près à ce moment qu’il commença a essayer à ré-entrer dans sa vie. Il était soudainement beaucoup plus sur son dos a lui dire quoi faire et quoi ne pas faire, qui fréquenter, quand et ou, comment elle était sensée s’habiller… C’était peut-être la façon dont tout père de famille un minimum responsable agissait, mais il fallait dire que Harper n’avait pas vraiment l’habitude de ce genre de comportement, et en eu vite plein le dos. La maisonnée qui était déjà bruyante des rires et des pleurs des enfants le devint encore plus quand les disputes de Harper et de son père s’ajoutèrent au bruit ambiant.
A 16 ans Harper n’en pouvait plus et avait l’impression d’étouffer tout ce qu’elle voulait c’était s’en aller très loin de la demeure familiale, même le soutien de ses frères ne suffisait plus, elle en avait assez que son père soit tout le temps sur son dos mais qu’il laisse en paix tous les autres.

Elle organisa presque toute seule son retour à Lima avec l’accord de sa mère (son pays natal lui manquait, elle « comprenait » cette envie que Harper avait d’y retourner) et de Burt. Elle avait gardé contact avec lui et dès qu’il avait sût qu’elle voulais revenir, il lui proposa aussitôt de l’aider, s’occupant de ses inscriptions à MacKinley et toutes les choses administrative dont elle ne pouvait pas se charger sur place. Il insista même pour l’héberger en attendant qu’elle trouve quelque chose de mieux. Elle refusa tout d’abord, elle ne voulait pas le déranger plus qu’elle ne l’avait fait durant sa vie elle trouverait bien une colocation pas trop cher à Lima. Mais Burt ne voulait rien savoir, elle n’avait que 17 ans, il se proposa même d’être son tuteur légal aux États-Unis en attendant qu’elle ait 18 ans. A ce moment là elle pourrait décider de faire ce que bon lui semblait. Cela semblait être un bon deal et Harper accepta. Cela lui faisait vraiment plaisir de voir que Burt se souciait d’elle comme il le faisait même après ces années d’absence.

Elle arrivait en cours d’année, ce ne serait pas facile, mais elle allait retrouver Kurt et Burt, c’était beaucoup plus enviable que la situation de cauchemar qui son père lui faisait vivre en France. Son transfert s’était fait tellement vite qu’elle avait préféré attendre le dernier moment pour en parler à Kurt, elle ne voulais pas donner et se faire de faux espoirs, puis ensuite, elle s'était dit que finalement, elle allait garder le secret un peu plus longtemps et lui faire la surprise de son arrivée directement quand elle le verrait à Lima.


Ohw ! quel belle histoire tu me raconte là, sincèrement j'ai bien cru que j'allais pleuré mais bon tu sais que si je pleur on me balance un slushie au visage en me traitant de mauviette ! Oui la vie de reporter n'est pas aussi trépidante que celle de spiderman ! Bon après cette débandade d'émotion tu peut répondre à mes question, de doute façon c'est soit tu me répond sois je te force à me faire un streap tease !



Just a little more






        ♣ Quel-est ton plus grand rêve ? Avoir un zombie de compagnie.
        ♣ Une objection contre le Glee club ? Je sais pas, je les connais pas et ça dépend où... Ils ont une mauvaise réputation à MacKinley, non?
        ♣ Que dirais-tu d'une nuit avec moi ? ... Je te le déconseille si tu ne veux pas devenir eunuque.
        ♣ Tu es plus danse ou football ? Football!!! J'aime beaucoup la danse du moment que je peux me dépenser, mais au moins au foot on peut taper... Dommage que je sois trop petite pour joindre une véritable équipe...
        ♣ Un dernier mot pour la fin ? Maintenant je vais te raconter en détail le mode de vie du Tyrannosaure Rex, tout d'abord dis-toi que tout ce que tu as bien pu voir dans les film de Spielberg est un tissu de mensonges...





Oui, Oui, le vrai toi !





    ♣ Et c'est quoi ton ptit nom ? Gigi, Loba, ou tout simplement Harper, restons simples.
    ♣ Comment t'as trouvé le forum ? Par Kurt (:
    ♣ Tu le trouves comment d'ailleurs, le staff' a bien travaillé ? J'adore le design, un peu dommage que l'on trouve autant de fautes d'orthographe mais c'est quelque chose qui s'arrange facilement et aussi je trouve ça vraiment dommage de devoir partager les avatars (je suis d'un naturel très possessif et comment on fait si deux sosis veulent rp ensemble?). Il y a plus de 6 milliards d'humains sur terre, avec un peu d'imagination, chacun peut y retrouver son compte en avatar :p
    ♣ Et t'es souvent présent(e), t'es bon(ne) en RP ? Pour ce qui est du rp, je vous laisserais juger par ma fiche, et pour la disponibilité, je peux passer tous les jours sauf exception, mais si jamais je me trouve un boulot, mon activité risque d'être légèrement en baisse.
    ♣ Un dernier mot pour la fin, je sais pas moi, le code ? CODE OK BY FINNY






Dernière édition par Harper Savaris le Sam 14 Mai - 13:15, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪ MESSAGES : 231
♪ AVATAR : Chris Colfer
♪ COPYRIGHT : ©EmilyB
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 350



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Mer 11 Mai - 23:06

Hiii! Le second amour de ma vie
Si on était pas déjà marié je t'aurais bien épousé tiens (8

Bref, bienvenue et bon courage pour terminer ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayleigh
Wo andere nie waren ... Und weiter.


♪ MESSAGES : 550
♪ AVATAR : La belle et magnifique Taylor Momsen ♥
♪ COPYRIGHT : ♥ Bazzart
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 569



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 8:31

Bienvenue Harper ! Bonne chance pour ta fiche et si tu as des questions, n'hésites pas ;D











KAYLEIGH FLOCKE MORGENSTERN





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 8:35

Bienvenue I love you.
Revenir en haut Aller en bas


♪ MESSAGES : 114
♪ AVATAR : Carey Mulligan
♪ COPYRIGHT : Kurtinou
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 108



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 9:18

Merci à tous!!
J'ai plus qu'a mettre toutes mes icones et images et à faire la seconde partie de ma bio et j'aurais fini... bon, j'ai du boulot...










Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 9:19

Prend ton temps, je la lirait avec plaisir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 11:26

Bienvenuuuuuue!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 11:29

BIENVENUEEEE Very Happy I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Britt
❝ Tu savais que les dauphins étaient des requins homos ? ❞


♪ MESSAGES : 308
♪ AVATAR : Heather Morris
♪ COPYRIGHT : Crocodile
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 434



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Jeu 12 Mai - 18:57

Bienvenue & good luck pour ta fiche ♥









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪ MESSAGES : 114
♪ AVATAR : Carey Mulligan
♪ COPYRIGHT : Kurtinou
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 108



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Ven 13 Mai - 22:10

Merci à tous!!
J'avance lentement, mais surement! =)










Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Ven 13 Mai - 22:50

    CAREY I love you
    Bienvenue parmi nous (:
    Et ça, ça m'a tué : ahde

    Citation :
    Avoir un zombie de compagnie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Ven 13 Mai - 23:08

Bienvenue Bonne chance pour la suite
Revenir en haut Aller en bas


♪ MESSAGES : 114
♪ AVATAR : Carey Mulligan
♪ COPYRIGHT : Kurtinou
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 108



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Sam 14 Mai - 13:09

Merci à tous!!
Effy, contente que ma fiche te plaise huhu!

Sinon je crois avoir FINIIIIIIIII ma fiche
...si le staff n'y retrouve rien à redire =)










Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité





MessageSujet: Re: Harper Savaris   Sam 14 Mai - 22:12

Déjà merci de ne pas poster dans le flood tant que tu n'es pas validé.
Je sais ce que c'est d'attendre pour être validée, mais nous Admins, on est pas des robots, je te signale que nous sommes dimanche donc on peut passer en coup de vent et puis voilà. On ne passe pas notre vie sur l'ordi, et encore moins sur les forums.
Par la suite bienvenu Harper.
Ta fiche me semble correctement complétée.
Je te valide.
N'oublies pas le bottins, et les demandes en tout genre.
Revenir en haut Aller en bas


♪ MESSAGES : 114
♪ AVATAR : Carey Mulligan
♪ COPYRIGHT : Kurtinou
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 108



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Sam 14 Mai - 22:18

Ne t'inquiète pas je sais ce que c'est que d'administrer des forums =)
C'est juste que j'ai vu que Brittany à répondu à pratiquement tous les jeux du flood alors je pensais qu'il y avait pu avoir un bug qui à fait que le nouveau message ne s'était pas affiché ou quelque chose du genre. Ces choses arrivent aussi.

Et merci










Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Britt
❝ Tu savais que les dauphins étaient des requins homos ? ❞


♪ MESSAGES : 308
♪ AVATAR : Heather Morris
♪ COPYRIGHT : Crocodile
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 434



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Dim 15 Mai - 1:35

Aaah oui en effet il a du beuguer parce que j'avais posté & non il n'y a pas mon message... Désolé Harper ><








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♪ MESSAGES : 114
♪ AVATAR : Carey Mulligan
♪ COPYRIGHT : Kurtinou
♪ CONCOURS INTER-LYCEES : 108



MessageSujet: Re: Harper Savaris   Dim 15 Mai - 10:44

Pas de problème ^^
J'administre et ai administré quelques forums et j'avais quelques bugs de ce genre, ou bien le forum qui n'indique pas les nouveaux message (ça m'arrive tout le temps --')
N'imagine surtout pas que ma réflexion était contre toi ma jolie Brittany ^^










Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Harper Savaris   

Revenir en haut Aller en bas
 

Harper Savaris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET IT RIGHT ::  ONLY CHILD :: présentation-